TOUTE LA PRESSE EN PARLE ...!

 

   Au Vigan, après dix-huit mois de travail

En projet depuis un siècle

l'orgue, du temple est né

La soirée d'inauguration a été marquée par le concert de Luc Antonin

Sagement assis sur un banc, une petite fille et un petit garçon glissent entre deux discours, non sans une certaine fierté: "C'est notre papa qui a fait l'orgue".

Il a fallu dix‑huit mois à Claude Berger, facteur d'orgue à Clermont‑l'Hérault pour assembler les 1.162 tuyaux "de cette grande machine sonore qui paraît avoir toujours été là, comme si la tribune de ce temple lui avait donné rendez‑vous".

Et Michel Dautry de rappeler les diverses étapes de ce projet remontant à plus d'un siècle en arrière, lorsqu'une famille fortunée du Vigan avait eu l'intention de faire don d'un orgue au temple de l'Église réformée: "L'oeuvre quand elle est achevée et qu'elle s'impose par sa perfection, fait oublier ce qui lui a donné naissance, les difficultés comme les joies de sa réalisation : elle est là dans l'intensité d'un présent contenant à la fois son histoire et son avenir".

Le président de l'association des Amis de l'orgue du temple a remercié tous les partenaires de ce projet. Le sénateur Alain Journet, qui l'a soutenu en 1995, alors qu'il était président du Conseil général, le maire, Thierry  Bourrié, en sa qualité de président de la Communauté de communes du Pays viganais, qui est maître d'ouvrage, et la sous‑préfète Marie‑Thérès Fantappié ont retracé à leur tour toutes les démarches administratives et financières qui ont accompagné cette réalisation.

Auparavant, Vincent Bourguet, au nom du Conseil presbytéral, avait évoqué le départ du pasteur Jean-François Breyne, appelé à exercer son ministère à la paroisse de Nîmes sud. Un départ regretté de tous les paroissiens du Pays viganais qui l'avaient accueilli en 1996.

C'est de la chaire que Jean‑François Breyne, en cette journée exceptionnelle, a prononcé un court message religieux en invitant l'assemblée à se lever pour chanter un psaume, Frappez dans vos mains, alors que Pierre Stievenard s'est mis au clavier pour faire jouer à l'orgue ses premières notes. Dans ce temple archicomble ce psaume a pris des accents qui dépassent le simple cadre religieux.

Après quoi, le concert tant attendu est présenté par Luc Antonini. Cet Avignonnais, qui a commencé ses études musicales dans sa ville natale, avant d'entrer au Conservatoire de Paris où il a obtenu six premiers prix, dont celui d'orgue, enseigne actuellement au conservatoire national de région à Montpellier. Les premières notes, aux couleurs sonores différentes, de la plus nuancée à la plus majestueuse du Preludium en sol majeur de Nicolas Bruhns se sont élevées et poursuivies tout au long du répertoire consacré à Louis Marchand, François Couperin, Jean-Sébastien Bach, Jean-Pierre Leguay pour se clore sur la Sonate n° 1 en fa mineur de Félix Mendelssohn.

pour se clore sur la Sonate n° 1 en fa mineur de Félix Mendelssohn.

Sous les applaudissements communs, Luc Antonini et Claude Berger présentant ses proches collaborateurs ont salué une assistance enchantée de ce premier concert d'orgue.

Le public pourra revenir dès le 15 août, mais cette fois dans le cadre du festival de musique du Vigan, pour le concert donné par Jacques Taddei.

Un apéritif offert par la Communauté de communes a ensuite réuni tous les invités, dans le très agréable patio de l'ancien tribunal de la rue du Palais.

Le Midi Libre, lundi 8 juillet 2002

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * 

Horizons Sud • n° 07

Gens d'ici

Les émotions du facteur

Claude Berger met la dernière main à l'orgue du temple du Vigan.

Création et renaissance.

C'est un métier hors du temps.” Le jugement est sans appel. Mais indulgent. Et pour cause, Nicolas aime le métier de son père. Depuis des années, à chaque vacance, il l'accompagne, lui sert d'assistant, tient la note pendant les interminables séances d'accord dans la pénombre des églises. C'est dire qu'il a eu le temps de se faire une idée. Et d'admirer son facteur d'orgue de père tout en se disant que ce métier n'était décidément pas fait pour lui. 

Dans le grand temple du Vigan, il trouve qu'il fait plutôt bon. C'est là qu'un orgue est en train de voir le jour sous les mains de Claude Berger. Pour une part, il s'agit d'une résurrection. L'histoire a commencé il y a trente ans lorsqu'on démonta un vieil orgue de paroisse à Clichy. Prestigieux, même s'il était hors d'usage, puisqu'il portait la signature de Charles Mutin, successeur du célèbre Cavaillé-Coll.

Les éléments préservés - console, sommier, soufflerie - furent donnés à Michel Dautry, médecin passionné d'orgue qui fit dès lors tout pour en doter le temple du Vigan.

Mais mettre au monde le plus monumental des instruments de musique n'est pas une mince affaire. Il y faut des années, de la passion, de l'acharnement. Michel Dautry n'en manquait pas. C'est ainsi qu'après toutes les étapes - création d'une association, souscription, mobilisation de l'État et des collectivités - il a réuni les 900.000 francs et toutes les énergies nécessaires au projet.

À 80 %, il s'agira d'un instrument neuf signé par l'un des deux facteurs d'orgue de la région. Le projet a beaucoup évolué depuis que Claude Berger l'a pris en main. On est parti de 13 jeux pour en arriver à 19. Avec un buffet de bois blond à la sobriété néoclassique et une esthétique sonore faite de clarté qu'il définit ainsi: un orgue classique français à tendance germanisante. “Disons qu'il sonnera plutôt mieux pour du Bach que pour du Jehan Alain”. Car chaque orgue a sa personnalité. Et chaque création est une aventure singulière et rare. Il se fait beaucoup de restaurations, peu d'orgues nouvelles. Il est vrai que le Languedoc-Roussillon compte à lui seul plus de deux cents orgues dans son patrimoine Claude Berger est toujours émerveillé par son métier. "Ce qui est fabuleux, c'est que si je fais cinquante orgues dans ma carrière ils seront tous différents". Alsacien de Mulhouse, fils d'un père facteur de pianos mécaniques, il s'est formé à l'école de Strasbourg avant de faire ses classes chez le facteur nantais Jean Renaud puis de s'installer en 1989 à Clermont-L'Hérault. C'est là qu'il a son atelier où tout se travaille, métal, bois, cuir, avec ses deux employés.

Un métier hors du temps, disait Nicolas. Il suffit de voir les yeux du père quand il en parle “Imaginez que dans deux cents ans, cet orgue sera encore là !”

Tout est dit.

* Le concert inaugural aura lieu le 29 juin avec l'organiste Luc Antonini

Horizons Sud, mai-juin 2002

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * 

Vendredi 28 juin 2002

LE VIGAN

Un orgue flambant neuf

L'instrument sera inauguré samedi 29 juin à 17 heures, par un concert de l'organiste Luc Antonini

Pour le docteur Michel Dautry, bien connu en Pays viganais et les membres de l'association “Les Amis de l'Orgue” qu'il a créée, ce prochain samedi 29 juin, dans le grand temple du Vigan, rue du Palais, sera un grand jour.

L'histoire a commencé, comme nous l'avons déjà évoqué, il y a plus d'une vingtaine d'années, lorsqu'on démonta un vieil orgue hors d'usage de la paroisse de Clichy. Pas n'importe lequel, puisque ce dernier portait la signature de Charles Mutin, successeur du célèbre Cavaillé Coll.

Alerté par un ami, Albin Tzaut, lui aussi passionné d'orgue, les deux hommes mirent tout en œuvre pour récupérer les éléments essentiels, console, sommier, soufflerie de cet instrument.

Toutefois, mettre au monde le plus monumental des instruments de musique ne s'est pas fait du jour au lendemain. Il a fallu, par étapes, de très nombreuses années de passion et d'acharnement - et Michel Dautry n'en manqua pas -, pour boucler le financement de ce projet (souscriptions, mobilisation de l'État et des collectivités) et le mettre en oeuvre.

C'est le facteur d'orgue, Claude Berger, installé depuis 1989 à Clermont-l'Hérault qui a été chargé des travaux.

«À 80 %, il s'agira d'un instrument neuf. Le projet a beaucoup évolué depuis que Claude Berger l'a pris en main. On est parti de 13 jeux pour en arriver à 19» confie Michel Dautry.

Aujourd'hui, avec un buffet de bois blond à la sobriété néo-classique et une belle sonorité, ce magnifique instrument, propriété de la communauté de communes du Pays viganais, maître d'ouvrage, s'intègre parfaitement dans le lieu qui l'accueille et vient enrichir le patrimoine musical local.

Son inauguration officielle aura lieu ce prochain samedi 29 juin à 17 heures.

Luc Antonini, professeur d'orgue au conservatoire de musique de Montpellier, sera au clavier, pour un programme de qualité qui mettra en valeur toutes les sonorités de l'instrument et la finesse de l'harmonisation.

Les amateurs de belle musique, les artisans de cette réalisation et toute la population du Pays viganais sont cordialement invités à cette manifestation.

À cette occasion, sera mis en vente un CD réalisé par l'association des Amis de l'Orgue, comportant l'ensemble du programme de ce concert inaugural.

Entrée gratuite.

Le Midi Libre du vendredi 28 juin 2002.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * 

MARDI 9 JUILLET 2002                                                                                                                                                                CÉVENNES Localité­

LE VIGAN

Un orgue tout neuf pour le temple

En présence de nombreuses personnalités, élus du Pays Viganais, de Monsieur Alain Journet, Sénateur du Gard, de Monsieur Colas-Valat, représentant le Conseil Général, de Madame la Sous-préfète et de Monsieur le maire du Vigan, l'orgue du temple a été inauguré samedi dernier.

Comme l'ont signalé les différents intervenants dont le Docteur Michel Dautry, principale cheville ouvrière de cette réalisation avec son association des Amis de l'Orgue, elle a été rendue possible grâce à l'aide de l'État (Ministère de la Culture) et des collectivités locales (Conseil Général, Communauté des Communes et Municipalité du Vigan), le Conseil Régional, sans oublier les 450 donateurs. Le pasteur Jean-François Breyne, qui va quitter sa paroisse du Vigan, après 7 ans de présence, insista sur “la volonté et l'opiniâtreté d'un seul homme” Michel Dautry.

Ce dernier présenta “le long accouchement” de l'instrument, ses origines, l'histoire de sa création, dès 1995, sa réalisation née du “fruit d'une convergence d'enthousiasmes et de. détermination, chef-d'œuvre de l'artisan, au sens d'artiste créateur de cette grande machine sonore de 1.200 tuyaux”. II insista sur “sa sonorité lumineuse, un instrument de référence”. Il rendit hommage au facteur d'orgues Claude Berger, qui l'a réalisé avec comme maître d'œuvre J-P. Decavele.

L'orgue fut construit sur une période de 18 mois. Selon Claude Berger, “lors de sa conception il a fallu tenir compte de la réutilisation de certains éléments provenant d'un orgue plus ancien... un travail approfondi sur le choix des tailles des tuyaux et sur l'harmonisation des jeux a été nécessaire. Il offre d'innombrables possibilités et couleurs sonores différentes, de la plus nuancée à la plus majestueuse”.

Les nombreux participants et auditeurs, qui avaient pris place dans le temple de la rue du Palais ont pu s'en rendre compte, en écoutant pendant une heure et demie le concert d'orgue qui suivit les nombreuses interventions des personnalités qui prirent part à cette inauguration.

Les morceaux furent interprétés par Luc Antonini, professeur au Conservatoire National de la Région de Montpellier, compositeur, qui a aussi enregistré deux tomes de l'œuvre intégral de Jean-Sébastien Bach et l'œuvre intégrale pour orgue de Johannes Brahms. Les différents morceaux interprétés montrèrent toute l'étendue de la gamme des possibilités de l'instrument, une nouvelle richesse du patrimoine du Pays Viganais.

Six concerts d'orgue sont au programme de l'été - automne 2002, le premier ayant lieu le jeudi 15 août, à 21h30, avec le parisien Jacques Taddei, dans le cadre du Festival du Vigan.

Sous l'égide de l'association des “Amis de l'Orgue du Temple du Vigan”:

‑ Dimanche 25 août, à 17 heures, avec Christian Baud, de Dijon

‑ Dimanche 8 septembre, à 17 heures, avec Michel Colin, de Saint Raphaël

‑ Samedi 28 septembre; à 17 heures, avec Manfred Brandstetter, de Hanovre

‑ Dimanche 13 octobre, à 17 heures, avec Jacques Bétoulières, de Montpellier

-         Dimanche 27 octobre, à 17 heures, avec Jacques Blanc, de Grenoble.

La Marseillaise, mardi 9 juillet 2002.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * 

Concert d'orgue au temple

Ce dimanche 8 septembre, à 17 heures, un rendez‑vous avec Michel Collin, organiste à Notre-Dame-de-la-Victoire, à Saint-Raphaël

Après l'excellent concert donné par Christian Baud, le 25 août dernier, devant un public nombreux, attentif et enthousiaste, les "heures d'orgue" initiées par l'Association “Les Amis de l'Orgue du Temple” continuent à s'égrener avec bonheur au temple du Vigan.

Le deuxième concert de cette saison sera donné ce dimanche 8 septembre, à 17 heures, par Michel Collin, organiste réputé, titulaire de l'orgue de Notre-Dame-de-la-Victoire, à Saint-Raphaël. Cet instrument prestigieux est très connu des amateurs de musique d'orgue.

Michel Collin a accepté de donner un concert avec l'orgue du temple du Vigan, certes de proportion plus modeste, mais qui l'a séduit par la qualité de sa sonorité.

Le programme qu'il propose pour cette heure d'orgue est composé d'œuvres des XVII et XVIII siècle, d'organistes français et allemands, choisies pour mettre en valeur l'originalité de cet instrument.

Prochains rendez-vous le samedi 28 septembre, Manfred Brandstetter; dimanche 13 octobre, Jacques Bétoulières et dimanche 27 octobre, Jacques Blanc.

Comme toujours, entrée libre, avec participation aux frais.

Le Midi Libre, samedi 7 septembre 2002.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * 

Les heures d'orgue dès demain

À 17 heures, premier concert par Christian Baud, organiste à la cathédrale de Dijon

L'association des Amis de l'orgue du temple du Vigan organise une série de cinq concerts d'orgue ; qui débuteront à partir de demain et se dérouleront jusqu'au 27 octobre.

Ainsi, ces concerts prolongeront la saison musicale jusqu'à l'entrée de l'hiver.

Ces concerts appelés aussi “Heures d'orgue” seront donnés par de grands organistes désireux de jouer ce bel instrument et de le faire connaître.

Comme à Paris, Montpellier et beaucoup de villes de France, ils auront lieu le plus souvent le dimanche (une fois le samedi), toujours à 17 heures.

Le premier artiste invité est Christian Baud, organiste titulaire de la cathédrale de Dijon, qui a réalisé de nombreux enregistrements et donné de nombreux concerts en France et à l'étranger.

Pour cette première heure d'orgue, il a mis à son programme plusieurs pièces de J-S. Bach ainsi que des oeuvres de musiciens français (APF Boely et J. Langlais).

Les prochaines auditions auront lieu aux dates suivantes:

Pour toutes ces heures d'orgue, l'entrée est gratuite avec libre participation aux frais. Bienvenue à tous.

Le Midi Libre

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * *  

Aux mélomanes.‑ L'association des Amis de l'Orgue du Temple du Vigan, dans le cadre de sa série de concerts baptisés “Heures d'Orgue”, propose ce prochain dimanche 8 septembre, toujours à 17 heures, au temple, l'organiste réputé Michel Collin, titulaire de l'orgue de Notre‑Dame‑de‑la‑Victoire, à Saint‑Raphaël.

Le Midi Libre

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * *